Depuis de nombreuses années, la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ) interpelle les décideurs concernant l’accès aux terres agricoles pour les futurs agriculteurs et agricultrices. Selon les données de Financement agricole Canada, au Québec, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 7,3% en 2020. Ainsi depuis 1986, le coût du prix des terres agricoles dans la province a plus que triplé.

Une démarche ouverte à tous

En octobre dernier, la FRAQ a lancé un sondage visant à consulter non seulement ces membres, mais également l’ensemble de la communauté agricole afin de dresser un portrait de la perception quant aux prix et à l’accès à des terres cultivables. Au cours de cette consultation, les répondants et répondantes étaient également invités à se positionner sur des solutions potentielles pour favoriser l’accès aux terres et diminuer l’impact de la hausse des prix.

 

Une grande consultation

L’accès à des terres agricoles de qualités pour nos agriculteurs et agricultrices est d’un grand intérêt pour la relève, c’est pourquoi près de 700 réponses ont été enregistrées en une semaine, dont 86% étaient âgés de moins de 39 ans.

« Pour nous, c’est une belle démonstration de la mobilisation de relève par rapport à l’enjeu aux terres. La FRAQ pourra désormais travailler sur des solutions concrètes à présenter au gouvernement avec l’appui de ses membres » Marc-Antoine Turcotte, 2e vice-président et président de la commission politique de la Fédération de la relève agricole du Québec.

 

 

Des solutions populaires

Parmi les solutions proposées, cinq d’entre elles ont récolté un large appui par les répondants et répondantes. Parmi celles-ci, la possibilité de donner un incitatif fiscal au vendeur pour l’achat d’une terre agricole par une relève récolte le plus d’appui. Les répondants croient également que des mesures devraient être introduites pour limiter l’achat de terre agricole par de non-agriculteur.

« Ce sont les relèves agricoles qui cultiveront notre territoire et nourriront la population dans le futur. Avec seulement 2% du territoire dédié à l’agriculture, c’est impératif d’agir rapidement pour donner la chance aux entreprises de la relève de prospérer. Nous espérons que les résultats de ce sondage inspireront les élus du parlement à se doter d’une vision du développement du territoire ancré sur les besoins des relèves. » – Julie Bissonnette, présidente de la Fédération de la Relève agricole du Québec

 

Consulter le rapport sur l’accès et le prix des terres agricoles

Consulter le communiqué de presse